Saint-Emilion bilogique

Visite guidée du Château Fonroque à Saint-Emilion : A l’occasion d’un détour dans le vignoble bordelais, j’arrive sur la rive droite en direction de la cité médiévale de Saint-Emilion. Plus que quelques kilomètres et déjà les plus grands châteaux sont annoncés.

A à quelques mètres du village, le Moulin du Cadet également. C’est ici que j’ai rendez-vous pour une visite du domaine à la découverte des vins cultivés en biodynamie par le propriétaire et oenologue biodynamiste passionné.

De la vigne… Saint-Emilion

On me propose de débuter la visite au cœur des parcelles de vignes du domaine. Tout en marchant une centaine de mètres pour arriver au milieu des rangs de Merlot, On m’explique que le Château a été le Premier Grand Cru Classé de Bordeaux à avoir fait certifier ses 21 hectares en agriculture biologique.

Le premier millésime issu de raisins bio a été celui de 2006 et 2008 a été le premier certifié en biodynamie. Les sols, argilo-calcaires en majorité, sont propres et plein de vie. La culture biodynamique a complètement modifié le profil des vins du domaine, en accentuant l’expression du terroir, en affinant les tanins, en apportant plus de verticalité et de fraîcheur.

Cette méthode a permis de renforcer le côté « aérien » du vin tout en obtenant des résultats probants avec un meilleur équilibre. C’est la signature et la marque de fabrique. Ici les pesticides ont laissé place aux différentes préparations biodynamiques propagées sur les plants en fonction d’un calendrier lunaire très précis.

« Nous sommes censé intervenir sur la vigne cet après midi. Vous avez vu la météo. Il faudra très probablement reporter le traitement à demain. » Dit à demi-mot, c’est que demain c’est samedi. Pas facile de mobiliser le personnel pendant le week-end… Mais qu’importe, la qualité a un prix et le soin de la vigne est une priorité.

En revenant sur nos pas, à quelques mètres du potager bio du chateau, on me montre le fameux dynamiseur. Il faut imaginer une marmite géante dans laquelle est mijotée la préparation à base de bouses de cornes, de tisanes et de décoctions de plantes destinée à nourrir les sols et protéger la vigne de la façon la plus naturelle possible. Pour eux, cette culture est une évidence, une approche globale qui s’interdit tout recours aux produits artificiels. En 2001, le domaine entame la conduite de son terroir en osmose entre la nature et les hommes.

Nous nous dirigeons ensuite vers le bâtiment. Il est très facile de s’apercevoir que la philosophie respectueuse de l’environnement appliquée à la vigne trouve un écho durant les vendanges (effectuées à la main) et dans les cuves durant le processus de vinification. « Nous avons recours à des méthodes douces qui sont appliquées aux raisins transformés dans des cuves en ciment et termorégulées.

Cela confirme au chai la gestion parcellaire mise en place sur le vignoble » explique on devant le pressoir. En effet, en fonction des cuves et des millésimes, la macération peut durer de quinze à trente jours, période durant laquelle un contrôle précis de l’extraction des tannins est effectué pour en optimiser la noblesse.

Nous pénétrons dans le magnifique chai du château. La moitié des barriques sont neuves, les autres ont un an. Toutes sont alignées laissant un large espace au milieu du bâtiment et les volumes de 400L sont favorisés pour limiter les notes boisées présentes in fine dans le vin.

Pour accompagner la dégustation des vins du Château, dont le second vin le Château Roumel qui représente environ un quart de la récolte, on dévoile les canaux de commercialisation de la production. « 80% de la production est vendu par le négoce bordelais. Le reste est distribué chez certains cavistes et bien sûr au domaine.

Le Château s’inscrit dans la dynamique oenotouristique de Saint-Emilion. Des visites sur rendez-vous sont organisées régulièrement ». En quittant, je recommande fortement de poursuivre quelques kilomètres vers Pomerol pour visiter le Château Mazeyres, autre domaine conduit en biodynamie. Vous ne serez pas le seul oenotouriste ou amateur de vin dans la région… Saint-Emilion reçoit chaque année plus de 2 millions de visiteurs !